La Grande Lessive

by Anga

/
  • Streaming + Download

    Purchasable with gift card

     

1.
C’est bientôt la fin qui commence aujourd’hui et les heures les minutes se demandent Si on ne nous a pas grugé un bout d’vie ou si l’temps est filou et c’est tout C’est nous les indiens, les comanches, pardi, parce qu’on vit toujours à moitié nu Il paraît qu’le monde se termine mardi, prolongeons la soirée au cas où… Et rattrapons un bout d’nuit tant qu’il nous reste un peu De cheveux sur le front, même gris et tirant sur le bleu Devant moi s’pose un dilemme, est ce que j’dois faire le tour de Toutes les personnes que j’aime ou bien faire le sourd J’ai des choses à m’faire pardonner mais vous aussi les gars Plutôt qu’d’y passer la soirée évitons les dégâts J’avais oublié comment faire pour unifier tous les contraires Et pas faire de mes paradoxes des coups de poings sans gants de boxe J’me prenais pas pour des rillettes et j’avais confondu l’oubli Avec le pardon et l’accord, je n’ai pas eu à moitié tort Mais vous revoir tous réunis là les vieux amis, les amis, Mon amour et mes vieilles histoires au fusain quand j’broyais du noir Je me dis qu’on est bien tombé sur nos pattes et mêmes sans radis Vous avez des airs de miroir et ça m’fait une sorte de fussoir ! Alors j’prends des initiatives, je me dis que c’est pas mon jour Je n’aime pas la grande lessive, mais putain j’adore les tambours !
2.
Comme un air 03:50
Comme un air dans la tête, tu n’y es pas étrangère Les mêmes yeux que toi et je le joue maladroit D’avoir les mains gelées comme au cœur de l’hiver Et pour les réchauffer je traîne vers Anvers Partager une blanche sur les quais de la Seine Revenir éméchés de la Cité Bergère Tu dis rien ne changera l’hiver a tout changé Mais l’eau de La Marsa ne m’a pas emporté Comme un air dans la tête tu n’y es pas étrangère Je me raconte un peu des histoires à la noix Et si j’emporte tous tes sourires en enfer Il reste un petit air qui me rappelle à toi Et cet air ressemble, cet air ressemble à ça
3.
J'ai changé 03:10
Il n’y a pas si longtemps que tu n’veux plus de moi Qu’en m’quittant tu m’as dit que j’étais trop ci trop ça Mais j’ai fait des efforts et l’homme que j’suis devenu Est bien plus beau plus fort que l’homme qui t’avait déçu Premier nouveau progrès, je travaille mes chansons Celles que tu trouvais toutes molles et sans fond Toi qui est rock n roll, tu vas trouver canon Que j’me mette au tirol et à l’accordéon Pour c’qu’y est de ma paresse je travaille lentement Faudrait pas que j’me blesse gravement en songeant A l’éventualité de sortir tôt de mon lit Pour c’qu’y est de la paresse pour l’instant on oubli Tiens en parlant de lit, j’y suis plus indécent Et beaucoup moins poli que je n’l’étais avant Et le truc que tu veux qu’on t’fasse à l’allumage Je l’ai compris y’a peu que c’était pas un nuage Pour c’qu’y est de l’argent, ça va mieux ces temps-ci Depuis qu’le bar d’avant a été démoli Le nouveau se prénomme « A la bonne Cervoise » Et a fait l’erreur énorme de me faire une ardoise Non en vrai j’bois beaucoup moins mais t’as vu l’prix du demi Que dieu m’en soit témoin la bière n’est plus l’ennemi Elle ne me rend plus triste ou roulant sous la table J’me suis mis au pastis et c’est beaucoup plus rentable J’étais macho malheur mais j’ai bien fait mes devoirs J’ai lu Judith Butler et Simone de Beauvoir J’ai rayé de ma liste toute galanterie Moi j’suis un vrai féministe et j’aime pas trop ces conneries Ne me reparle pas de mes infidélités J’aimerai que tu me crois quand je dis que j’ai changé J’ai compris la chandelle ne vaut pas les émois Je te serai fidèle tant qu’aucune ne veut de moi Bon, je l’avoue en gros, je n’ai pas trop changé Je reste le même enfant de salaud que t’as quitté Mais toi dans ton cocon quand j’vois c’que t’es devenu J’me dis que rester con c’est déjà un bon début
4.
Le fruit 03:38
Au premier jour, déjà, il sentait le mal Qui poussait en lui un peu comme un fruit banal Il tenta en vain d’extraire le venin de son sang Mais c’était comme se vider lui même de son sens Le fruit avait, c’est vrai, des côtés positifs Il le rendait malin mûrissant sous ses tifs Mais le feu ne sait que soigner à la surface Et il aimait voir son reflet dans la glace Au premier jour déjà C’est pas les mirabelles Il était fou comme Un oiseau sans ailes, un oiseau sans ailes Il était fou comme un oiseau sans ailes Il savait qu’il lui faudrait être solidaire La nature est rude elle est parfois même austère Il n’avait pas entendu parler du profit Qui allait lui changer la face, le profil Il décide vite de stopper son errance Puis il se concentra bien sur les différences Le mal était fait quand au fur et à mesure Il ne bâtissait plus des ponts mais des murs A l’époque déjà Oubli les rituels Il était fou comme Un oiseau sans ailes, un oiseau sans ailes Il était fou comme un oiseau sans ailes
5.
Les ruches 03:51
Entre le ciel et le miel, j’allais de fleur en fleur peinard Je m’en foutais plein l’abdomen du nectar C’était nous les rois de la tige et avec mes potes on aimait Passer des journées de voltiges à flâner On n’avait pas besoin d’se presser pour vivre Il suffisait de se baisser j’te jure comme dans les livres Y’avait bien les frelons du dessus qui pensait avoir le pouvoir Genre ils nous prennent pour une autruche nous et notre ruche Ils veulent nous dicter leurs lois et puis nous faire voler au pas Mais, ensemble, on est bien plus fort que ces gars là On n’avait pas besoin d’se presser pour vivre Jusqu’à c’que des gros doigts poilus nous polluent Traiter ses plantes au canadair C’est pas super chirurgical, c’est pas super chirurgical De quoi rendre cancérigène Même les plantes médicinales, même les plantes médicinales Ces mecs ont des idées d’génie mais hélas, pas inoffensives Pour mieux se faire payer entre eux, c’est l’agriculture intensive A grand coups d’gaz et d’enfumage, à coups de pulvérisateur Des métastases dans leur fromage, merci Pasteur Alors que ça nous tue d’accord S’en foutent que ce soit important Mais le pire c’est qu’ils s’tuent d’abord A trop bouffer de détergent Traiter ses plantes au canadair C’est pas super chirurgical, c’est pas super chirurgical De quoi rendre cancérigène Même les plantes médicinales, même les plantes médicinales Traiter ses plantes au canadair C’est pas super chirurgical, c’est pas super chirurgical De quoi rendre cancérigène Même les plantes médicinales, même les plantes médicinales
6.
L'ours 03:19
Voici l’histoire d’un ours épris d’une jeune et jolie demoiselle L’histoire semblerait naturelle sauf qu’elle est humaine et pas lui Lui qu’on dit toujours mal léché aurait gaiement donné dix ruches Pour finir dans ses bras, perché comme un petit ours en peluche Mais le problème est de taille, passe l’espèce encore, Quand elle le voit la belle se taille et hurle à réveiller les morts L’ours le sait l’amour fait peur mais il pensait pas à ce point Il ne voit donc pas son erreur et se cache dans un recoin La belle sursaute à nouveau, crie et jette sur le museau De l’ours une branche de merisier et jure un jour de le tuer L’ours est furieux lui qui avait tout essayé Chansons d’amour, animaux morts déposés là sur l’oreiller Il s’en va d’un pas décidé lui dire ce qu’il a sur le cœur Lui dire qu’il l’aime et qu’il s’en va dans une montagne d’ailleurs Mais le problème est de taille, passe l’espèce encore, T’as déjà vu un ours qui parle ? Celui là grogna super fort L’ours se réveille embrumé, comme lors d’un lendemain de fête, Il recherche sa bien aimée mais soudain se sent un peu bête Un chapeau de femme et du sang partout par terre étalé Il sait qu’il lui a mangé la peau l’ours avant de l’avoir tuée Il la voulait proche du cœur, Il la voulait proche du cœur Il la voulait proche du cœur, voilà qu’il l’a dans l’estomac Il la voulait proche du cœur, Il la voulait proche du cœur Il la voulait proche du cœur, voilà qu’il l’a dans l’estomac La morale de c’récit ci, si t’es un ours des Pyrénées Craque pas pour une dame d’ici ou tu finiras ballonné Ou tu finiras ballonné ou tu finiras ballonné Ou tu finiras ballonné ouais tu finiras ballonné Ou tu finiras ballonné ou tu finiras ballonné Ou tu finiras ballonné c’est mieux que d’finir bâillonné
7.
Babel 03:07
On n’aurait pas construit la tour de Babel et d’ailleurs On n’y aurait pas songé tout court, le bonheur est ailleurs On aurait fait un bar un bal, c’est mal barré ma gueule Qui c’est qu’a inventé des balles pour se tirer la gueule On aurait été n’importe où juste pour essayer les décors On n’aurait pas fait plus les fous car on a pété le record Et au jardin des relations, sûr qu’on aurait rien arraché Jardinier en toutes saisons, j’veux dire, vous êtes pas des fumiers On n’aurait pas glorifié l’avoir et la culture du j’me démarque Le culte fait vraiment peine à voir, s’agenouiller devant des marques Et les médias nous le martèlent, infos débiles et pubs partout J’me dis que plus c’est le bordel, plus un silence veut dire beaucoup On n’aurait pas fait des maisons avec murs comme par milliards Car quand les murs s’effondreront, ça nous fera peut-être un peu bizarre D’apercevoir genre l’horizon et nos voisins peinards Comprenant qu’en fait leur prison, elle n’était que dans leur regard Dans leur regard…
8.
Le diable 04:34
J’ai dans le cœur qui bat le tango deux argentins qui dansent A quelques mètres d’eux un taureau : c’est le diable qui fonce Et cette fille que je connais pas, qui remue comme une folle, C’est le diable qui en fera son plat, ni moi, ni l’alcool J’ai dans mes pupilles dilatées un autre qui regarde Les portes de mon âme ont cédé… Entrez ! Entrez dans ce dédale ! Chaque geste devient incontrôlable et ma voix qui n’en fait qu’à sa tête C’est pas moi qui vais rouler sous la table c’est pas moi, c’est la fête J’ai le diable Le diable c’est de la poudre aux yeux il me fait croire n’importe quoi Que je suis beau, que mes textes sont mieux que ceux de Rimbaud, de Molière, de Booba Que Django face à moi est un peintre et que je chante mieux que Johnny Que je suis pas taillé comme un cintre et qu’à mes blagues toi tu souris Je me sens tout à coup éloquent et je bafouille de mieux en mieux C’est moi l’étoile qui passe en filant allez les gars faites donc un vœu ! T’inquiète je le connais ce mauvais ange qui me laissera demain matin Un air de fête ou des larmes de mésanges. Alala, qu’est ce qu’il est taquin ! J’ai le diable C’est pas le diable des gouvernements dans son costume séraphin Celui qui vend des balles aux plus offrants là il est triste le malin Nous notre diable est autrement plus marrant il nous fera marquer les annales Nous engueuler pour le moindre différend Nous c’est le diable Nous c’est le diable Nous c’est le diable des bacchanales J’ai le diable

about

Textes et musiques : Anga
Violon sur Babel : Paul Kirch
Artwork : Anga, oeuvres originales de Bumblebee, Be Free et Pipsqueak was here!!!

credits

released February 12, 2016

license

tags

about

Anga France

Quand il ne déambule pas avec La Troupe Badour, Anga nous livre ses chansons : des premiers mots jusqu’aux plus gros. Une guitare quelque peu caractérielle, un accordéon sifflant soufflant et une voix ébouriffée fabriquent ensemble des chansons pour rire ou pour crier. Des chansons qu’on se plaît à partager autour d’un verre ou à chanter autour de soi. ... more

contact / help

Contact Anga

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Anga, you may also like: